Page d'accueil // FSTM // Actualités // Les matériaux ferroïques, focus de la recherche interinstitutionnelle

Les matériaux ferroïques, focus de la recherche interinstitutionnelle

twitter linkedin facebook email this page
Publié le jeudi 21 janvier 2021

Les matériaux avancés font partie des technologies dénommées Key Enabling Technologies, des accélérateurs permettant aux industries européennes de conserver leur compétitivité. Avec des propriétés chimiques et physiques fascinantes, les nouveaux matériaux avancés ont le potentiel d'introduire des fonctionnalités et des propriétés améliorées dans de nouveaux produits.

A titre d'exemple, les matériaux avancés sont la clé de la production de capteurs, eux-mêmes omniprésents dans notre société moderne, plus largement parlant, de l'Internet des objets.  

L’Université du Luxembourg et le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) ont acquis une expertise reconnue en science des matériaux, aujourd’hui l’un des piliers stratégiques de la recherche luxembourgeoises. Les deux acteurs de la recherche publique luxembourgeoise vont tirer pleinement parti de leur expertise complémentaire en créant le premier groupe de recherche interinstitutionnel (GRI) luxembourgeois : Multifunctional Ferroic Materials. Cet IRG est l'un des instruments de l'accord bilatéral récemment signé entre l'Université et le LIST pour favoriser les collaborations synergiques dans la recherche et la formation doctorale.  

Les matériaux ferroïques multifonctionnels présentent de nombreuses propriétés physiques intéressantes, telles que le magnétisme, la ferroélasticité ou la ferroélectricité, en raisons desquelles ils sont considérés comme des matériaux « intelligents ». A travers les études que le GRI mènera sur ces matériaux, les scientifiques cherchent à comprendre l'interaction de ces propriétés physiques dans les matériaux intelligents. En fait, les interactions - appelées couplages - entre de multiples propriétés sont à la base même des transducteurs modernes, des dispositifs qui convertissent l'énergie d'une forme en une autre.  

L'Université et le LIST partagent une histoire et un intérêt scientifique pour la fonctionnalité des matériaux. Une étape importante dans l’historique est la collaboration dans le cadre du projet FNR PEARL « Coupling in Multifunctional Ferroic Materials ». Le GRI est basé sur un programme de recherche d'intérêts communs qui se concentre sur les matériaux ferroïques sans plomb, plus respectueux de l'environnement que les matériaux industriels actuels à base de plomb, et sur l'effet de la lumière sur ces matériaux multifonctionnels.  

« Nos institutions partagent une ambition commune dans le domaine de la science des matériaux : faire du Luxembourg un centre d'excellence de renommée internationale en matière de recherche et d'innovation, au bénéfice du pays. Un groupe de recherche interinstitutionnel est l'instrument idéal pour profiter pleinement de nos synergies pour réaliser cette ambition. La future implantation du groupe dans un nouveau bâtiment à Belval constituera un levier supplémentaire », dit le Prof. Jens Kreisel, vice-recteur à la recherche de l'Université, lui-même physicien des matériaux.  

« Cet accord bilatéral accèlera la vitesse et l'agilité de l'écosystème d'innovation luxembourgeois », déclare le Dr Thomas Kallstenius, CEO du LIST. « Associer la complémentarité des rôles aux modèles de partenariat de l'Université et de notre institut est sans aucun doute un atout majeur pour servir au mieux nos partenaires et la société. »