Page d'accueil // Université // Actualités // Diaporama // Le bien-être dans un lieu de travail dissolu : un nouvel équilibre ?

Le bien-être dans un lieu de travail dissolu : un nouvel équilibre ?

twitter linkedin facebook email this page
Publié le mercredi 07 avril 2021

Le projet W@W est l'un des six nouveaux projets de recherche interdisciplinaires qui ont reçu un financement pluriannuel dans le cadre de l'instrument de financement Audacity de “Institute for Advanced Studies” de l'université.

Le projet W@W (Wellbeing @ Work), dirigé par le juriste Luca Ratti et les psychologues Profs. Anna Elena Kornadt et Claus Vögele, évalue l'évolution du bien-être des employés en home office depuis le début de la pandémie et fournira des éléments pour guider l'introduction de nouveaux outils et pratiques réglementaires.  

Avant la pandémie de COVID-19, les recherches sur les droits fondamentaux et le bien-être des travailleurs étaient principalement axées sur les préoccupations liées à la numérisation, à l'automatisation des environnements de travail et à l'émergence de nouvelles formes numériques de travail. Avec le début de la pandémie, l'intérêt s'est élargi. La pandémie a entraîné des changements dans l'organisation du travail de millions d'employés.  Depuis le début de 2020, environ 40 % des personnes travaillant actuellement dans l'UE ont commencé à faire du télétravail à temps plein et pourraient continuer à travailler à domicile, à un titre ou à un autre, dans un avenir prévisible. Au Luxembourg, plus de 56 % des personnes interrogées ont commencé à travailler à domicile à la suite de la situation COVID-19 en avril/mai 2020. Le passage au bureau à domicile confiné a initié un changement radical du paradigme de travail : le lieu de travail tel que nous le connaissions traditionnellement a disparu de manière inattendue, laissant les travailleurs et les employeurs sans ancrage stable. 

"Les enquêtes récentes et en cours COME-HERE et PANDEMIC visant à évaluer le bien-être de la population pendant la pandémie ont montré que de plus en plus de personnes en home office sont confrontées à des difficultés physiques et surtout psychologiques dues à des facteurs tels que le manque de contacts personnels avec les collègues, des environnements de travail inadaptés à la maison, l'isolement des rencontres sociales, des horaires de travail interminables et le travail le week-end", explique le professeur Vögele, psychologue clinicien et spécialiste de la santé à la Faculté des sciences humaines, de l'éducation et des sciences sociales (FHSE). Dans W@W, il vise à évaluer les interactions entre la santé mentale, les comportements en matière de santé et les modifications de l'environnement de travail aux côtés de son collègue, le professeur Kornadt. "Il sera intéressant de voir comment l'évolution des structures et des réglementations du travail a eu un impact sur le bien-être des personnes tout au long de leur vie et dans différents contextes de vie : Que se passe-t-il pour les personnes âgées qui étaient moins habituées à travailler à distance ou numériquement auparavant ? Ou aux personnes ayant des obligations familiales ? Les mêmes règles et réglementations peuvent avoir un impact très différent selon les ressources et la situation de chacun", explique le professeur Kornadt, psychologue et directeur de l'Institut du développement de la vie, de la famille et de la culture de la Faculté des sciences humaines, de l'éducation et des sciences sociales (FHSE).

Les décideurs politiques tentent de faire face rapidement à ces changements dans l'environnement de travail en envisageant l'introduction de nouvelles lois. L'Allemagne, par exemple, prévoit d'introduire un droit au travail à domicile pour un minimum de 24 jours par an après la fin de la pandémie. Le projet de loi stipule également que les heures de travail au bureau à domicile doivent être documentées numériquement. La France avait déjà introduit un droit dit à la déconnexion le 1er janvier 2017 pour les employés qui travaillent à distance. Cela signifie que les travailleurs ont le droit d'éteindre leurs appareils après le travail - sans encourir de conséquences s'ils ne répondent pas aux e-mails, appels ou messages. En réalité, ses détails doivent encore être déterminés au niveau de l'entreprise ; la décision d'accorder ou non ces droits et la manière de le faire restent à la discrétion des employeurs, et aucune sanction n'est prévue pour les employeurs qui ne s'y conforment pas.

Une réglementation des activités de bureau à domicile est clairement nécessaire, mais elle devrait être fondée sur des preuves empiriques. Le projet W@W vise à aider les décideurs politiques en leur fournissant des preuves empiriques concernant les effets des changements sur la réglementation du travail et la santé et le bien-être des travailleurs tout au long de la vie professionnelle. Le professeur Luca Ratti, juriste en droit du travail européen et comparé à la Faculté de Droit, d'Economie et de Finance, coordonne la partie juridique de W@W. "Dans une première période, le projet analysera les données des six pays étudiés dans le cadre des projets COME-HERE et PANDEMIC (Allemagne, France, Luxembourg, Italie, Espagne et Suède) sur le télétravail, la vie privée au travail, ainsi que les politiques salariales et la productivité. Nous bénéficierons de la coopération avec la société Ferrero, basée au Luxembourg, qui a accepté de soutenir le projet et de devenir son étude de cas. Dans un deuxième temps, le projet évaluera les changements réglementaires structurels introduits pendant ou à cause de la pandémie, dans le but d'élaborer des propositions politiques", explique le professeur Ratti. 

Le projet W@W débutera le 1er mai 2021.

© Photo: Ekaterina Bolovtsova / Pexels