Page d'accueil // Université // Actualités // Diaporama // Des chercheurs universitaires remportent les prix du FNR 2020

Des chercheurs universitaires remportent les prix du FNR 2020

twitter linkedin facebook email this page
Publié le jeudi 19 novembre 2020

Le Fonds National de Recherche (FNR) luxembourgeois a remis les prix FNR 2020, décernant cinq prix à des chercheurs et à des membres du personnel administratif de l’Université du Luxembourg ce 19 novembre. 

L’Université a remporté des prix dans quatre catégories : Thèse de doctorat exceptionnelle, Promotion exceptionnelle de la science auprès du public, Innovation exceptionnelle axée sur la recherche et Publication scientifique exceptionnelle. Chaque prix était doté de 5 000 EUR.

Thèse de doctorat exceptionnelle

Maciej Chrzanowski (Faculté des Sciences, des Technologies et de Médecine) pour sa thèse intitulée « Shear Transfer in Heavy Steel-Concrete Composite Columns with Multiple Encased Steel Profiles » 

Inspiré par l’étroite collaboration entre l’industrie locale et l’Université du Luxembourg, Maciej Chrzanowski a terminé son doctorat à la chaire d’ArcelorMittal sur les constructions en acier de l’Université, dirigée par le professeur Christoph Odenbreit, en collaboration avec Arcelor Mittal.

Ses recherches, supervisées par le professeur Odenbreit, sur les colonnes composites à profilés d’acier multiples, qui sont utilisées pour construire des bâtiments de grande hauteur, visaient à améliorer leur sécurité lorsqu’elles supportent le poids de la construction et la durabilité pour garantir l’utilisation optimale des matériaux de construction. Il a étudié les forces de cisaillement agissant localement - le mouvement entre l’acier et le béton dans la colonne - a analysé le transfert des forces à travers toute la colonne et a proposé un nouveau modèle d’ingénierie innovant pour évaluer correctement le comportement structurel des colonnes dans les grands bâtiments.

« À l’Université du Luxembourg, vous bénéficiez d’un très bon environnement pour effectuer vos recherches. Les liens étroits établis avec les meilleures Universités internationales, et les meilleurs centres de recherche et bureaux d’ingénierie favorisent des échanges et des collaborations hors du commun. En outre, la très grande expertise et la disponibilité de tous les superviseurs permettent de mener des recherches de haute qualité », a déclaré M. Chrzanowski. 

À l’heure actuelle, M. Chrzanowski travaille comme ingénieur de construction chez ArcelorMittal Steligence, où il peut appliquer les techniques de R&D dans la pratique. 

 

 

Thierry Titcheu Chekam (Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust, SnT) pour sa thèse intitulée « Assessment and Improvement of the Practical Use of Mutation for Automated Software Testing » 

Après avoir obtenu une maîtrise en Chine, Thierry Titcheu Chekam a rejoint l’Université du Luxembourg pour y mener à bien sa recherche doctorale sur le contrôle de la qualité des tests de logiciel.

Les logiciels doivent être testés avant d’être lancés, afin d’éviter les défaillances pouvant entraîner des pertes économiques ou des effets sur la santé et la sécurité d’autrui. Cependant, les tests de logiciel ne détectent pas toujours tous les défauts. M. Titcheu Chekam a abordé ce problème dans sa thèse en développant une technique d’apprentissage automatique s’appliquant à une méthode de test de logiciel généralement très coûteuse et fastidieuse pour les développeurs de logiciels. En outre, il a conçu une technique de génération de tests automatisés visant à poursuivre l’amélioration de l’ensemble des tests déjà existants. 

« L’Université du Luxembourg m’a fourni toutes les ressources dont j’avais besoin pour faire mon travail : une excellente supervision étroite de la part de mes conseillers, un financement pour assister à des événements universitaires afin d’apprendre des chercheurs du monde entier et d’entrer en contact avec eux, des ressources informatiques pour mener des expériences et une flexibilité de travail qui m’a permis de travailler plus efficacement », a déclaré Titcheu Chekam. 

Les résultats de la recherche s’appliquent à un projet en collaboration avec PayPal. Actuellement, Titcheu Chekam est post-doctorant au SnT et étend le travail de sa thèse de doctorat aux mises à jour de logiciels.

 

Promotion exceptionnelle de la science auprès du public

Sophie Wagner, Sabine Schmitz, Ruxandra Soare Lelubre, Lucie Debroux, Lisa Smits, Philippe Lamesch (Luxembourg Centre for Systems Biomedicine)pour l’exposition « Mind the Brain »

L’exposition « Mind the Brain » a marqué le 10ème  anniversaire du Luxembourg Centre for Systems Biomedicine (LCSB) de l’Université du Luxembourg. L’anniversaire a représenté une étape importante pour la recherche biomédicale au Luxembourg. En combinant art et science, Mind the Brain a présenté dix sculptures géantes en forme de cerveau dans tout le centre-ville de Luxembourg. Chacun des cerveaux géants avait été décoré par un artiste luxembourgeois de renom et représentait l’un des domaines de recherche du LCSB. L’exposition a offert une passerelle vers la science biomédicale pour le public, avec des informations accessibles sur les recherches menées au LCSBPour soutenir à la fois l’art luxembourgeois et la recherche biomédicale, les dix sculptures ont ensuite été mises en vente. La moitié des fonds collectés a été reversée aux artistes et l’autre moitié a permis de soutenir un projet de recherche dans le domaine des maladies neurodégénératives.

 

Innovation exceptionnelle axée sur la recherche

Claudine Kirsch and Simone Mortini (Faculty of Humanities, Education and Social Sciences) pour leur projet  “Educational movies of language learning practice”

Claudine Kirsch est spécialisée dans l’apprentissage et l’enseignement des langues, le multilinguisme et l’éducation de la petite enfance. Avec Simone Mortini, doctorante travaillant sur le projet MuLiPEC, et d’autres membres de l’équipe de recherche, elle a développé une série de vidéos visant à aider les éducateurs et les enseignants à mettre en œuvre des pédagogies multilingues au sein de leur établissement. Les approches multilingues dans les garderies et les crèches sont très importantes au Luxembourg, car elles permettent de mettre en valeur les ressources linguistiques et culturelles des enfants et de contribuer à la participation et à l’inclusion des enfants. Cependant, certains enseignants et éducateurs ne savent pas comment gérer la diversité linguistique ni comment faire fructifier ces ressources.

Les huit vidéos en ligne produites dans le cadre du projet MuLiPEC montrent des exemples concrets et fondés sur des preuves sur les façons de développer et de mettre en œuvre des pédagogies multilingues. Les vidéos sont utilisées dans le cadre des cours de développement professionnel du Service national de la Jeunesse et de l’Université du Luxembourg, ainsi que dans les cours de licence de l’Université.

 

 

Publication scientifique exceptionnelle

Carole Linster ainsi que les membres de son équipe Nicole Paczia, Julia Becker-Kettern, Jean-François Conrotte et Daniel Kay (Luxembourg Centre for Systems Biomedicine) pour la publication intitulée « NAD(P)HX dehydratase (NAXD) deficiency: a novel neurodegenerative disorder exacerbated by febrile illnesses »

En collaboration avec des partenaires basés en Australie, Amérique, Angleterre, Inde et Espagne, Carole Linster et son équipe ont identifié la cause génétique d’une grave maladie infantile. Les enfants touchés par cette maladie souffrent de lésions cutanées sévères et d’épisodes de régression neurologique, généralement déclenchés par une fièvre légère ou une infection, entraînant à terme un décès précoce de l’enfant. La publication montre que les mutations du gène NAXD sont la cause de cette maladie. Le gène NAXD code une enzyme responsable de la dégradation des déchets toxiques du métabolisme cellulaire. Chez les enfants porteurs de la maladie, ce mécanisme sanitaire ne fonctionne plus. La maladie peut désormais être classée comme un trouble de la réparation des métabolites, processus constituant un domaine principal d’étude dans le groupe de Mme Linster.

Les chercheurs ont également pu montrer que la dégradation des résidus métaboliques fonctionne à nouveau bien si l’expression du gène NAXD fonctionnel était restaurée dans les cellules du patient. Sur la base de ces recherches, des premières approches thérapeutiques ont été amorcées avec le traitement à la vitamine B3. Ce traitement a eu un effet positif important sur les lésions cutanées et a stabilisé les symptômes neurologiques. Ce résultat prometteur donne de l’espoir en termes de compréhension, de traitement et peut-être même de guérison d’autres maladies rares à l’avenir.

 

 

Retrouvez la cérémonie de remise des prix sur le site du FNR.