Page d'accueil // Université // Actualités // À la une // Prix de la meilleure thèse de doctorat 2013 pour Gabrijela Reljić

Prix de la meilleure thèse de doctorat 2013 pour Gabrijela Reljić

twitter linkedin facebook google+ email this page
Publié le mercredi 03 juillet 2013

Une chercheuse de l’unité de recherche INSIDE de l’Université du Luxembourg s’est vu décerner le prix prestigieux de la meilleure thèse de doctorat par les « Amis de l’Université »

Le prix 2013, d’une valeur de 10 000€, a été remis à Dr. Gabrijela Reljić par Madame Erna Hennicot-Schoepges, la présidente de l’association, à l’occasion d’une cérémonie qui s’est tenue le mardi 2 juillet au sein de la Chambre de Commerce à Luxembourg-Ville. Dans le cadre de sa thèse, Gabrijela Reljić a cherché à comprendre le rôle de la langue maternelle, parallèlement à la deuxième langue, dans la réussite scolaire des enfants issus des communautés linguistiques minoritaires au Luxembourg, en Serbie et en Europe. Les « Amis de l’Université » ont qualifié son travail d’« excellent sur le plan scientifique » et d’« innovant ».

La thèse du Dr Reljić’s a été soutenue par le programme AFR du Fonds National de la Recherche Luxembourg (FNR).

« Ma thèse a montré que les enfants issus de communautés linguistiques minoritaires (portugais) rencontraient des difficultés en lecture et en mathématiques au niveau préscolaire, alors que celles-ci constituent la base de leur réussite scolaire ultérieure. Elle a également montré qu’une éducation bilingue semblait porter ses fruits non seulement aux États-Unis, mais également en Europe », a expliqué le Dr. Reljić.

« Ce prix est important pour moi ; il s’agit non seulement d’une reconnaissance de mon travail, mais aussi du sujet brûlant auquel il a trait, à savoir comment éduquer au mieux les enfants issus de communautés linguistiques minoritaires dans notre société en expansion, et particulièrement au Luxembourg. Lorsqu’on s’attaque à cette thématique, il n’existe ni vérité immuable ni points de repère fixes auxquels se rattacher. Par conséquent, plus nous mènerons de recherches aux niveaux local, national et européen, au mieux ce sera pour la politique de l’éducation et pour les premiers concernés par ces difficultés, c’est-à-dire les enfants issus de communautés linguistiques minoritaires », a-t-elle poursuivi.

Aujourd’hui, le Dr. Reljić est associée de recherche du projet V2me (Virtual Coach Reaches Out To Me), un programme commun « Assistance à l’autonomie à domicile » financé par la Commission européenne.

Le Professeur Dr. Dieter Ferring, directeur d’INSIDE et directeur de thèse, a déclaré pour sa part : « En analysant le lien entre les compétences linguistiques et la réussite scolaire des enfants issus de communautés linguistiques minoritaires, la thèse du Dr. Reljić aborde l’une des questions les plus intéressantes et les plus exigeantes du secteur luxembourgeois de l’éducation. En effet, nous rencontrons souvent des enfants de langue maternelle différente qui sont scolarisés dans une langue qu’ils ne connaissent pas vraiment. Les découvertes et suggestions soumises par cette thèse sont donc importantes non seulement pour le monde universitaire, mais aussi pour la politique de l’éducation. En cela, ce travail reflète parfaitement le principe général guidant les activités de recherche au sein de notre unité, qui s’attache à étudier les problèmes de la vie réelle sous-tendant le développement social et individuel. »

Le Dr. Reljić entend soumettre ces informations aux décideurs politiques du Luxembourg et va à présent demander un financement afin de mener une étude d’intervention qui lui permettra d’approfondir sa recherche dans le domaine.

–––

Légende: Mme Erna Hennicot-Schoepges, Dr. Gabrijela Reljić et Marc Hoffmann
Photo: © Fernande Jourdain