Page d'accueil // Université // Actualités // À la une // Nomination du directeur de l’Institut d’histoire du temps présent

Nomination du directeur de l’Institut d’histoire du temps présent

twitter linkedin facebook google+ email this page
Publié le mercredi 01 juin 2016

Lors de sa récente séance, le conseil de gouvernance de l’Université du Luxembourg a approuvé la proposition de nomination du professeur Andreas Fickers en tant que directeur du nouveau centre interdisciplinaire Institut d’histoire du temps présent (IHTP) faite par le rectorat, présidé par le recteur Rainer Klump. Cette nomination fait suite aux recommandations d’une commission de recrutement composée d’experts internationaux qui a soigneusement examiné toutes les candidatures reçues suite à une annonce publique internationale.

Un directeur qui exerce déjà à l’Université

Andreas Fickers, âgé de 45 ans et de nationalité belge, est professeur d’histoire contemporaine et d’histoire numérique à l’Université du Luxembourg depuis septembre 2013. Après ses études d’histoire, de philosophie et de sociologie aux universités de Aachen et de Reims, Andreas Fickers a été entre autres collaborateur scientifique au Deutsches Museum de Munich et de Bonn. Sa thèse de doctorat soutenue à la RWTH Aachen en 2002 portait sur un sujet d’histoire des technologies, plus particulièrement sur l’échec de la standardisation de la télévision en couleur en Europe. Entre 2003 et 2007, il a été professeur assistant en histoire de la télévision à l’Université de Utrecht et ensuite, jusqu’en 2013, professeur associé en histoire comparative des médias à l’Université de Maastricht. « Andreas Fickers est un scientifique nationalement et internationalement reconnu. Il est un excellent choix à la direction de ce nouveau centre interdisciplinaire orienté vers le numérique », déclare le recteur Rainer Klump.

Le troisième centre interdisciplinaire prend forme

Après le feu vert des organes de l’Université, le Conseil de gouvernance procèdera à la nomination officielle avant l’été. Sous réserve de l’accord du Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche prévu par la Loi, le professeur Fickers pourra alors prendre ses fonctions pour un mandat de cinq ans au 1er septembre 2016.

Les principaux domaines de recherche de ce troisième centre interdisciplinaire Institut d’histoire du temps présent de l’Université seront :

  • l’histoire contemporaine du Luxembourg ;
  • l’histoire de l’intégration européenne ;
  • l’histoire numérique.

L’histoire numérique s’inscrit dans la construction des « digital humanities » à la Faculté des lettres, des sciences humaines, des arts et des sciences de l’éducation et bénéficie en même temps de l’intégration du Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE) à l’Université. De la même façon, les domaines de l’histoire contemporaine luxembourgeoise et de l’intégration européenne profiteront de l’intégration des activités de recherche du Centre de Documentation et de Recherche sur la Résistance, du Centre de Documentation et de Recherche sur l’Enrôlement forcé et du Centre d’études et de recherches européennes Robert Schuman dans l’Université.

Le futur directeur du centre interdisciplinaire Institut d’histoire du temps présent sera chargé de définir un concept détaillé du profil de recherche et de la structure organisationnelle et personnelle du centre, et ce en collaboration avec le recteur de l’Université du Luxembourg.

© Michel Brumat / Université du Luxembourg