Page d'accueil // Université // Actualités // À la une // L’UniGR veut devenir une des premières « Universités européennes »

L’UniGR veut devenir une des premières « Universités européennes »

twitter linkedin facebook google+ email this page
Publié le mercredi 30 mai 2018

Le groupement universitaire Université de la Grande Région (UniGR) a annoncé sa volonté de et son potentiel à devenir une des premières « Universités européennes ». L’UniGR, qui regroupe les universités de Trèves, de Liège, de Lorraine, de la Sarre, de Kaiserlautern et du Luxembourg, a également fait connaître le soutien politique des régions à ce projet et sa candidature.

Avec l’initiative des « Universités européennes », le discours d’Emmanuel Macron du 26 septembre 2017 et celui du Conseil européen du 14 décembre 2017 ont insufflé une nouvelle dynamique à l’Espace Européen de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Le président de la République française a imaginé l’ « Université européenne » comme « un réseau d’universités de plusieurs pays d’Europe, mettant en place un parcours où chacun de leurs étudiants étudiera à l’étranger et suivra des cours dans deux langues au moins. Des “universités européennes” qui seront aussi des lieux d’innovation pédagogique, de recherche d’excellence. Nous devons nous fixer, d’ici à 2024, en construire au moins une vingtaine. »

« L’Université européenne », un concept à élaborer

 

La création d’une véritable « Université européenne » exige un espace d’enseignement supérieur et de recherche véritablement intégré, plurilingue et transnational. Les étudiants devraient pouvoir effectuer un séjour de formation ou de travail dans un établissement partenaire, et suivre des formations dispensées dans plusieurs langues de l’Union Européenne.

L’UniGR souligne que l’action des « Universités européennes » doit couvrir l’ensemble des missions universitaires – l’enseignement, la recherche et l’innovation – et agir sur ce triangle de la connaissance.

L’Union européenne lancera un appel à proposition dans les prochains mois. La France a d’ores et déjà annoncé un financement complémentaire aux universités françaises candidates, dans le cadre de son programme d’investissement d’avenir.

Un modèle précurseur de l’ « Université européenne »

L’UniGR met en œuvre depuis 2008 une stratégie de développement commune afin de pérenniser la collaboration universitaire. Le groupement s’appuie sur des atouts forts :

  • la proximité géographique, la multi-culturalité et le multilinguisme ;
  • la tradition de coopération, les relations de confiance et le partage d’une histoire commune dans la Grande Région ;
  • une expérience forgée sur la durée des relations universitaires multilatérales.

Parmi les représentants politiques qui ont d’ores et déjà officialisé leur soutien à la candidature de l’UniGR on compte : le ministre-président du Land de Sarre, Tobias Hans ; le ministre de l’Enseignement supérieur du Land de Rhénanie-Palatinat, Konrad Wolf ; le ministre délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, Marc Hansen ; le vice-président de la Région Grand-Est, François Werner ; et le ministre wallon délégué à la Grande Région, René Collin.

« La proximité géographique, le multilinguisme, les relations de confiance et le partage d’une histoire commune dans la Grande Région sont un socle solide pour créer une véritable “Université européenne” », explique Manfred Schmitt, président de l’Université de la Sarre et vice-président de l’UniGR, « notre candidature sera donc à la fois un projet de territoire et un véritable projet européen, ce qui répond parfaitement aux missions des universités. »

« Dans le futur, nous souhaitons offrir aux étudiants de nos universités la possibilité d’être de vrais citoyens européens, conscients de leur identité et de sa force, mobiles et multilingues », précise le Prof. Stéphane Pallage, recteur de l’Université du Luxembourg. Grâce à des formats pédagogiques innovants, un accompagnement particulier et un soutien à la mobilité, les étudiants et doctorants de l’UniGR pourront accéder à un enseignement « sans frontières » adapté à leurs besoins et leurs attentes.

« Avec 19 formations transfrontalières et ses nombreux projets de recherche partagés, l’UniGR est un modèle de réseaux d’ “Universités européennes” qui fonctionne et apporte une plus-value exceptionnelle aux étudiants. » a déclaré le Prof. Pierre Mutzenhardt, président de l’Université de Lorraine et président de l’UniGR. Le groupement universitaire UniGR, qui fête cette année son 10e anniversaire, déposera un projet dans le cadre de l’appel à propositions qui sera lancé à la fin de l’année, et qui devrait assurer aux lauréats un financement sur trois ans des actions proposées.

- - -
Tout savoir sur l'Université de la Grande Région (UniGR)