Page d'accueil // Université // Actualités // À la une // Des fondements solides dans la recherche et l’enseignement

Des fondements solides dans la recherche et l’enseignement

twitter linkedin facebook google+ email this page
Publié le lundi, 24 juillet 2017

En 2016, l’Université du Luxembourg a plus que jamais démontré sa qualité en tant qu’université de recherche.

L’année écoulée a en effet été rythmée par la première évaluation de recherche externe. Celle-ci a demandé aux scientifiques et à l’administration des mois de travail acharné, qui ont porté leurs fruits : neuf des 13 unités et centres de recherche ont été qualifiés d’instituts majeurs à l’échelle internationale.

L’Université du Luxembourg a par ailleurs augmenté les fonds de tiers pour les projets de recherche à 43 millions d’euros, contre 41 millions l’année précédente. Deux chercheurs de l’université – le physicien Dr Massimiliano Esposito et l’expert en technologies de l’information et communication (TIC) Prof. Lionel Briand – ont reçu des bourses de recherche du Conseil européen de la recherche (les fameuses « ERC grants ») d’une valeur de plusieurs millions d’euros.

L’Université a par ailleurs continué de grimper dans le classement du « Times Higher Education World University Ranking », où elle occupe à présent la 178e place sur environ 800.

Bilan annuel 2016 de l’Université du Luxembourg

« Si la position honorable que nous occupons dans les classements le laissait déjà entendre, l'évaluation menée durant le second semestre par 45 contrôleurs externes l’a confirmé : l’Université du Luxembourg dispose de fondements solides », se réjouit le Prof. Ludwig Neyses, vice-recteur à la recherche et recteur faisant fonction. Le rapport annuel 2016 de l’Université (PDF), qui vient d’être publié, montre comment l’Université utilise ces fondements pour servir la société et l’économie du pays et agir en tant que force motrice pour l’innovation dans la région.

L’année 2016 a également été marquée par de nombreux nouveaux projets et initiatives. L’Université a ainsi intégré l’ancien Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe (CVCE) avec trois autres instituts indépendants et inauguré le Robert Schuman Institute of European Affairs. La fondation du Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History en tant que troisième centre de recherche interdisciplinaire a été un autre moment clé de 2016. Sur l’initiative du Ministère de l’enseignement supérieur, l’Université a par ailleurs resserré sa collaboration avec les centres de recherche publics du pays dans la prise en charge des doctorants. À la tête de l’Université, Yves Elsen, CEO de HITEC s.a. et jusqu’alors président du conseil d’administration du Fonds National de la Recherche, a remplacé à la mi-2016 le président du conseil de gouvernance de l’Université Marc Jaeger, également président du tribunal de l’Union européenne, qui s’est retiré pour des raisons personnelles.

Une offre de logement attrayante

Avec près de 6 200 inscrits (dont environ 52 % venus de l’étranger), le nombre d’étudiants est resté stable en 2016. La plus grande faculté reste la Faculté de Droit, d’Économie et de Finance, qui accueille près de 2 500 étudiants.

En matière d’enseignement, l’Université a notamment:

Avec l’ouverture de la résidence UNI-VAL II à Belval à l’automne, l’Université dispose à présent de plus de mille chambres et donc d’une offre de logement suffisante et attrayante.

Fin 2016, l’Université employait environ 1 700 collaboratrices et collaborateurs. Après l’adoption du budget préliminaire 2017, la direction et l’administration s’attachent à présent à la préparation du semestre d’hiver et à l’optimisation des processus administratifs. Le recrutement d’un nouveau recteur est également en cours et une décision est attendue cet automne.