Page d'accueil // SnT // News & E... // Le professeur Bissyandé reçoit une bourse du CER pour ses recherches

Le professeur Bissyandé reçoit une bourse du CER pour ses recherches

twitter linkedin facebook email this page
Publié le jeudi 03 septembre 2020

Le professeur Tegawendé F. Bissyandé du Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust (SnT) de l’Université du Luxembourg a reçu la prestigieuse bourse « Starting Grant » du Conseil européen de la recherche (CER) pour son projet NATURAL. Le Prof. Bissyandé recevra 1,5 million d’euros pendant cinq ans pour mener ses recherches sur la correction de logiciels. Son projet étudiera la manière dont le traitement du langage peut être associé à d’autres technologies d’apprentissage automatique afin de créer un bot d’intelligence artificielle (IA) qui réparera des logiciels de manière automatique.

Le coût de la réparation de logiciels

Le marché des logiciels est crucial pour l’économie de l’UE, l’ensemble du marché des logiciels et des services associés étant évalué à près de 300 milliards d’euros. Ainsi les erreurs de programmation (et des défaillances de logiciels qui en découlent) posent un sérieux problème pour les entreprises en raison des coûts de réparation et des pertes en chiffre d’affaires, ainsi que pour les consommateurs en raison de l’impact sur le PIB. Une étude menée par Tricentis, (une société qui teste des logiciels) estime que les erreurs de logiciels ont provoqué 1,7 milliards de dollars de pertes en chiffre d’affaires dans le monde anglophone pour l’année 2017. Cependant, avant même qu’un problème de logiciel public n’amène la perte de revenus, les développeurs passent environ 50 à 80 % de leur temps à tester et à réparer un logiciel, ce qui se traduit par des milliards d’euros de frais en amont. 

Ceci le cadre du projet du Prof. Bissyandé, car il est important pour l’économie de réduire le temps que les développeurs passent à tester et à réparer les erreurs de logiciels. Il cible avant tout les rapports d’erreurs (des « bugs ») provenant des utilisateurs. Vu que les utilisateurs signalent les bugs dans un langage humain, comme l’anglais, le français ou l’allemand, les développeurs de logiciels doivent toujours traiter ces rapports d’erreurs manuellement, y consacrant une partie importante de leur temps. Au lieu de cela, le Prof. Bissyandé a l’intention de développer une technologie de traitement du langage humain utilisable pour les réparations de logiciels.

Une fois cet objectif atteint, son projet va progresser : il va développer un système basé sur l’IA qui traitera systématiquement le code écrit par un développeur et le réparera automatiquement au fur et à mesure qu’il est écrit, réduisant ainsi le nombre de bugs présents dans le logiciel final. Le fait que cette recherche est réalisée au sein SnT bénéficie au résultat final, car les nombreux partenariats du SnT avec l’industrie permettront au Prof. Bissyandé de tester et de valider son travail sur des systèmes réels.

Quatrième subvention du CER pour le SnT

Les bourses « Starting Grant » du CER sont des récompenses de haut niveau pour les jeunes chercheurs ayant moins de sept ans d’expérience et avec d’excellentes références scientifiques. Seulement 13% des candiatures pour un « Starting Grant » ont été acceptées cette année. Le SnT a reçu quatre bourses de recherche du CER, mais ceci est la première « Starting Grant » pour le centre de recherche. Les trois autres sont des « Advanced Grant », octroyés à des chercheurs à un stade avancé de leur carrière et ayant obtenu des résultats de recherche probants. 

« L’avantage du financement du CER est qu’il me permet de réunir une équipe qui travaillera simultanement sur le même projet et se forgera une réputation internationale sur un sujet de recherche important », se réjouit le Prof. Bissyandé. « Une bourse du CER représente beaucoup pour la communauté scientifique car nous avons les moyens de découvrir de nouveaux axes de recherche durant le projet. Je compte ouvrir des portes et même si je ne peux pas entrer dans  toutes les pièces, d’autres chercheurs pourront les explorer. » 

« Le Prof. Bissyandé a rejoint le SnT en tant que jeune chercheur prometteur en 2013 et a été indispensable pour de nombreux projets de recherche et partenariats industriels du SnT », salue le Prof. Björn Ottersten, directeur du SnT. « Recevoir un « Starting Grant » du CER représente beaucoup. Cela montre à quel point nous sommes engagés dans le développement de carrière de nos chercheurs. Le SnT est un lieu exceptionnel pour démarrer une carrière car nous favorisons l’indépendance scientifique et mettons à disposition une structure d’accompagnement qui développe le potentiel de chacun dans notre équipe. »

Pour plus d’information, veuillez consulter le Questions et réponses avec le Prof. Bissyandé.

© Université du Luxembourg