Page d'accueil // Recherche // FHSE // LUCET // News & E... // ÉpStan n’identifie pas de détérioration des compétences

ÉpStan n’identifie pas de détérioration des compétences

twitter linkedin facebook email this page
Publié le jeudi 21 avril 2022

L’Université du Luxembourg et le Ministère de l’Education, de l’Enfance et de la Jeunesse (MENJE) ont présenté aujourd’hui les résultats de l’outil de monitoring scolaire Épreuves Standardisées (ÉpStan) de 2021.

Les ÉpStan 2021 permettent un aperçu de la manière dont la pandémie de COVID-19 et les mesures de protection et d’hygiène liées à la pandémie ont affecté les compétences scolaires d’élèves de l’enseignement fondamental et secondaire au Luxembourg pendant l’année scolaire 2020/2021. Les conclusions principales de l’étude coordonnée par le LUCET (Luxembourg Centre for Educational Testing de l’Université du Luxembourg) sont les suivantes :

  • Les résultats des ÉpStan 2021 n’identifient pas de tendance négative systématique qui indiquerait une détérioration des compétences en général chez les élèves de l’enseignement fondamental et secondaire au Luxembourg ;
  • À première vue, les compétences en compréhension de l’oral en allemand chez les élèves du cycle 3.1 semblent s’être améliorées après les pertes observées pour 2020. Une image plus nuancée se dégage cependant si l’on considère les élèves suivant les groupes linguistiques ;
  • Les compétences en compréhension de l’écrit en allemand se sont détériorées, tant au niveau de l’enseignement fondamental qu’au secondaire. Au cycle 4.1., cette baisse a été observée pour tous les élèves, indépendamment du statut socio-économique et des langues parlées à la maison. Au niveau du secondaire (5e ), les élèves de l’Enseignement Secondaire Général (ESG) et de l’Enseignement Secondaire Général – Voie de Préparation (ESG-VP) sont particulièrement touchés par cette baisse ;
  • La pandémie de COVID-19 semble accentuer les différences déjà existantes entre les élèves favorisés et défavorisés.

Sur base de ces observations, les champs d’action suivants peuvent être dégagés :

  • La compréhension de l’oral en allemand devrait être promue de manière (encore) plus différenciée au niveau du fondamental ;
  • Les compétences liées à la compréhension de l’écrit en allemand devraient être promues de manière générale au niveau du fondamental et du secondaire ;
  • En outre, une attention particulière devrait être portée aux élèves qui étaient déjà considérés à risque dans le système scolaire avant la pandémie de COVID-19, car ils semblent être plus impactés par la pandémie au niveau scolaire.

Les résultats de l’étude se basent sur les données représentatives d'environ 23 000 élèves de cinq niveaux différents de l'école fondamentale et secondaire, 15 000 parents ou tuteurs (école fondamentale uniquement) ainsi que sur les données comparatives de 183 000 élèves des années précédentes de l'école fondamentale et secondaire (2014 à 2021).

En 2021, les résultats des ÉpStan de l’automne 2020 avaient fourni une première base de données empiriques complète sur les six premiers mois de pandémie (du printemps à l’été 2020). (www.epstan.lu)

Dossier de Presse

Présentation

© Université du Luxembourg