Recherche

Etude des élections législatives et européennes de 2004

L’objectif principal du rapport Elections 2004 –commandité par la Chambre

des Députés du Grand-duché du Luxembourg– est de comprendre le fonctionnement du système politique luxembourgeois à l’occasion des élections législatives et européennes de juin 2004. Avant même son achèvement –témoignage de l’intérêt de la communauté scientifique internationale –, le rapport a déjà donné lieu à de nombreuses participations à des colloques internationaux en études électorales et à de multiples publications nationales et internationales. Ce rapport fait suite à celui qui avait été réalisé en 1999 lors des précédents scrutins national et européen par Fernand Fehlen, Isabelle Piroth & Philippe Poirier les élections législatives au Grand-duché du Luxembourg en 1999.

Télécharger le rapport Elections 2004

L’étude Elections 2004 s’articule en cinq chapitres :

Le chapitre 1 Partis et système politique au Luxembourg rappelle d’une part comment les sciences politiques ont construit l’objet de recherche « partis politiques » et d’autre part décrit les clivages socio-politiques et l’européanisation qui déterminent désormais la nature et le fonctionnement du système politique luxembourgeois.

Le chapitre 2 Partis et Elections au Luxembourg a pour objet, d’une part, les conditions de la représentation et de la médiation en politique au Grand-Duché et, d’autre part, il retrace la campagne électorale d’octobre 2003 à juin 2004. Ce chapitre informe particulièrement sur les ressources détenues par les formations politiques, sur leurs stratégies tant dans le choix des candidatures que dans la mise en forme de leurs identités politiques –notamment à travers l’étude de leurs sites Internet– et sur les thèmes de la campagne aussi bien à travers les sondages préélectoraux que par un dépouillement exhaustif de la presse quotidienne et hebdomadaire luxembourgeoise de langue allemande et française à caractère politique.

Le chapitre 3 Les résultats des élections législatives et européennes introduit non seulement de nouveaux modes de calculs pour la présentation des résultats, mais établit aussi des corrélations entre des caractéristiques socio-démographiques, tirées du recensement de 2001 et des données de l’Inspection Générale de la Sécurité Sociale et les résultats des partis au niveau des 118 communes du Luxembourg.

Le chapitre 4 Les électorats dans le sondage post-électoral vise, quant à lui, à établir le portrait sociologique des électorats des partis et leurs valeurs à travers tant les classiques déterminants du vote, comme la structure par âge, par genre, par niveau d’instruction et par situation face à l’emploi que par l’échelle des valeurs « matérialistes »/ »post-matérialistes » conceptualisée par Ronald Inglehart et ses disciples.

Le chapitre 5 L’étude des bulletins marque la continuité avec les études précédentes sur les élections législatives et européennes, puisque c’est la septième fois qu’il est procédé à un échantillonnage des bulletins réels pour les élections législatives. Cette analyse permet, d’une part, d’évaluer les proximités entre les partis eux-mêmes et, d’autre part, de mesurer les performances des politiques électorales personnelles des candidats, indépendamment de leurs affiliations personnelles.

Pour d’autres informations sur les élections au Luxembourg se rapporter également au site du Gouvernement du Luxembourg : Elections au Luxembourg

Etude du Référendum sur le Traité établissant une Constitution pour l'Europe

Télécharger le rapport Referendum 2005

Le référendum sur le Traité établissant une Constitution pour l’Europe au

Luxembourg et son résultat (quelque peu étriqué au regard de l’état des forces politiques, sociales et économiques en sa faveur) soulignent ô combien la nécessité de s’intéresser aux manières qu’ont les individus de se représenter la politique en général et la politique européenne en particulier.

L’étude – commanditée par la Chambre des Députés du Luxembourg – vise justement cet objectif en identifiant les nouvelles transformations politiques susceptibles d’être à l’origine de ce résultat en les situant dans les dynamiques économiques et sociales que le Luxembourg connaît depuis une vingtaine d’années et, d’autre part, en repérant les éventuelles particularités du vote luxembourgeois par rapport aux autres processus référendaires (Espagne, France et Pays-Bas). Cinq méthodes d’analyses ont été retenues : Référendum 2005

  • L’analyse de la campagne et le discours de ses acteurs
  • L’analyse de géographie électorale d’après les données socio démographiques
  • Les motivations des électeurs et les dynamiques de la campagne d’après les sondages pré et post référendaires
  • L’organisation de focus groups après le référendum
  • Une comparaison avec les autres pays ayant connu un référendum sur la Constitution européenne

Cette étude en sciences politiques fait suite à celle qui avait été réalisée en 2005 sur Les élections législatives et européennes de 2004 au Grand-Duché du Luxembourg toujours pour le compte de la Chambre des Députés du Luxembourg.

Lire le compte-rendu de la présentation sur le site europaforum.