Recherche

Recherches subventionnées

AAA - Augmented Artwork Analysis. Computer-aided interpretation device for art images (Gian Maria Tore)

  • Research team: Gian Maria Tore (PI), Andreas Fickers, Sean Takats, Lars Wienecke, Marion Colas-Blaise, Nicolás Bayona Marín
  • Duration: March 2021 - February 2025
  • Funding : Fonds National de la Recherche
  • External Partners: Université Lyon 2, Université de Liège, Université catholique de Louvain, Musée National d’Histoire et d’Art (Luxembourg), Musée des Beaux-Arts de Lyon (France), Palais des Beaux-Arts de Lille (France)

Today, we are surrounded by images – but the school system does not teach us how to read them. Museums work on their conservation, although unhappily they do not seem very attractive to us. On the other hand, the digital is supposed to revolutionize our life, since it seems to give us all kind of power on images and texts, but how to make a groundbreaking approach to images out of it?

“Augmented Artwork Analysis” is an innovative prototype tool, adapted to the museum sector (namely the MNHA of Luxemburg, the Fine Arts Museums of Lyon and of Lille) and allowing to interpret artistic images with the help of software. The aim is to study the different levels (the figures, les colours, the shapes…) of the work of art considered in its original place and within a vast body of images. Attention will be paid to the links between the images and to their evolution. The interpretation thus acquires a scientific dimension, as well as a pedagogical one.

The scientific objective is to bring together the most advanced approaches in quantitative and in qualitative sciences: recent findings in Visual Studies, knowledge about “augmented reality”, i.e. the ways in which computer-generated perceptual information showcases objects of the real world, and methods based on "deep learning”, which means the use of machine learning methods. An international network of more than 20 scholars is gathered for the realization of the “Augmented Artwork Analysis”. Delivering an “augmented” work of art, this tool will be used for guided tours, educational meetings and research. The idea is to create an alternative museum to the traditional museums, and thus a new awareness of the meanings of the world of images.

FEATHER - The Feather and the literary work: French-speaking female authors of the Grand Duchy of Luxembourg as literary precursors (1900-2020) (Hélène Barthelmebs-Raguin)

  • Research team: Hélène Barthelmebs-Raguin (PI), postdoctoral researcher (tba), doctoral researcher (tba)
  • Duration: 1.9.2021-31.8.2024
  • Funding: Fonds National de la Recherche
  • External partners: Bibliothèque Nationale du Luxembourg (BNL), Centre National de Littérature (CNL), Institut français du Luxembourg (IFL)

FEATHER deals with Luxembourg's specific social questions and research issues. This project poses concretely the question of the country's literary identity, from a Francophone and a gendered perspective. This aspect is little studied by critics today and FEATHER proposes to analyze how and in what way women authors come to integrate (and thus build) the Luxembourg literary scene. Thus, the project helps to think of the literary field as a factor of sustainable social cohesion and generator of a multilingual and diverse national identity.

In fact, this project is part of a desire to participate in developing national history, in particular by enhancing and digitally disseminating its literary heritage.

  • Starting points

Literature has always played a major role in the construction of national identity. As such, literary production in the Grand Duchy of Luxembourg reflects a rich, multilingual and complex reality. Often little studied outside its borders, Luxembourgish French-language literature is nevertheless part of the “Francophonies du Nord” and places itself at the heart of literary Europe. Luxembourgish female authors have their works quantitatively hailed more often by critics than their male counterparts, even if they sometimes remain less known on the literary scene.

  • Objectives

The aim of the FEATHER research project is to establish an inventory of the presence of authors on the Luxembourgish French-language literary scene. It will be a research on the historical and literary awareness of the canonical feminine works of the Grand Duchy of Luxembourg. FEATHER will make it possible to account for an important heritage of literature and thus to participate in the development and enhancement of the writings of female authors from 1900 to the present day.

  • Impacts of the project

Based on Dictionnaire des auteurs luxembourgeois and work on the archival holdings of the Bibliothèque Nationale du Luxembourg and the Centre National de la Littérature, the project will identify and examine with precision the corpus of women’s works since the dawn of the 20th century. Today this corpus is made up of 180 authors, and many of whose works remain to be discovered. Based on the analysis of the literary journeys and works of the award-winning authors, the project aims to shed light on the processes of canonization and entry into the literary scene. These results will be put into perspective in a critical approach to the Luxembourg literary scene. This will lead to reconsider the dynamism and importance of the literary production of French-speaking authors of the 20th and 21st centuries in the Grand Duchy of Luxembourg.

At the end of the project, an online platform will disseminate the results and outcomes of FEATHER: a real tool for promoting Luxembourg's literary female heritage, which will allow the general public and specialists to (re)discover the works of female writers, but also a research and analysis tool for academics, teachers and students, who will therefore be able to use these corpora as research and / or teaching objects.

AMIL - Autobiographical Genre, Migration and Identity's (re)construction in Luxembourg (Claudio Cicotti)

AMIL aims to explore the ties between autobiographical writing and the structure of identity within a specific context of migration like in Luxembourg. Luxembourg is, in fact, one of the European countries with the highest percentage of immigrants, most of them having Italian origins. On the base of the recent studies (Présences, histoires, mémoires des Italiens au Luxembourg et dans la Grande Région and Textualité des Italiens de la Grande Région et Intégration [TIGRI 1 and 2]) of the Section of Italian Letters at the University of Luxembourg, AMIL will explore the multicultural society of Luxembourg. It is worth it to reflect on the processes of identity and in order to achieve that, we would like to focus on the devices of autobiographical memory and narrative as a means of (re)construction of identity and social integration. A PhD candidate will focus the studies on the autobiographical mechanisms of a large group of migrants.

The goal of the project is to create groups with the auto-/biographical focus, to promote and disseminate the value and the practice of the autobiographical writing. The autobiographical writing is in fact an indispensable method for the enhancement of oneself, for the development of cognitive abilities and different forms of thought, for the emphasis of a sensitivity to read the testimonials of others and listen to them, and then rewrite their (hi)story. Luxembourg has a large corpus of literary productions (autobiographical and not only) on migration. The analysis of them allows us to trace the lives of men and women who have shared an experience of migration. The Section of Italian Literature at the University of Luxembourg has already undertaken studies on writing on itself in migratory contexts. The project TIGRI «Textualité des Italiens de la Grande Région et Integration», has analysed the integration of Italian migration in Luxembourg and the Great Region through interdisciplinary analysis of a corpus of published books or manuscripts, which form the BAGROI together (Base des donnés des Auteurs de la Grande Région d’Origine Italienne).

Archives

Langages et médias : la réénonciation d’événements culturels

  • Oct. 2014 - Oct. 2017
  • Marion Colas-Blaise, Gian Maria Tore et C. Schall

Le projet vise à analyser un phénomène actuel mais peu étudié : la « ré-énonciation » d’événements culturels étrangers dans le contexte luxembourgeois. On s’interrogera sur les modifications de sens qu’entraîne la réénonciation d’événements culturels dans un lieu et sous une forme qui ne leur sont pas destinés dans un premier temps : ainsi, comment un spectacle de la Metropolitan Opera de New York fonctionne-il lorsqu’il est projeté dans un cinéma au Luxembourg, comment des expositions de la Biennale de Venise font-elles sens lorsqu’elles sont réunies dans un musée d’art contemporain au Luxembourg ?

D’une part, il s’agira d’élaborer un modèle d’analyse socio-sémio-linguistique novateur pour étudier la culture. À partir d’une étude complète des théories de l’énonciation, on mettra en avant – d’une manière inédite – la notion de ré-énonciation, pour cerner l’ensemble des médiations des langages et des médias, les traductions socio-sémiotiques d’un média dans un autre média, d’une pratique et d’une institution dans d’autres pratiques et dans d’autres institutions (on parlera alors de « re-localisations » et de « re-médiations », ainsi que des effets de « re-culturalisation », étudiés par une analyse des publics). D’autre part, il sera question de cerner l’espace interculturel et transculturel typique du Luxembourg, notamment dans les arts et les spectacles. Le modèle théorique élaboré sera mis à l’épreuve d’études de terrain sur : i) les réénonciations cinématographiques (au groupe Utopia) d’opéras de la Metropolitan Opera de New York, de concerts de musique pop de Londres, de matchs de football internationaux ; ii) les réénonciations muséales à travers la réexposition (au MUDAM, au CNA, à Clervaux) des projets artistiques Lady Rosa of Luxembourg, l’Atelier Luxembourg : The Venice Biennale Projects 1988-2011, The Family of Man, The Bitter Years.

Ainsi, le projet aura une double visée : il s’agira de réaliser des  études concrètes d’événements marquant la vie culturelle au Luxembourg (pouvant profiter aussi aux professionnels du milieu culturel) et d’avancer de manière décisive dans la théorie et la méthodologie de l’étude de la culture vivante dans une perspective socio-sémiotique (qui interroge les arts et les spectacles en incluant autant la complexité des dispositifs de médiations que la manière dont ils sont pratiqués par les publics).

Médiations culturelles au Luxembourg

  • Marion Colas-Blaise et Gian Maria Tore
  • jan. 2011 - déc. 2013

Le projet a étudié les dispositifs complexes (verbaux, gestuels, proxémiques, iconiques, architecturaux, technologiques) qui, dans le contexte sociohistorique et politique luxembourgeois, caractérisé par la pluriculturalité et le multilinguisme, structurent différentes pratiques culturelles et produisent différentes mises en scène de la ou des cultures. L’attention a ainsi été focalisée sur la médiation des discours politiques, sur celle du divertissement (analysée dans différents types de cinémas) et sur celle de l’art (analysée dans différents espaces muséaux). Le projet s’est proposé, tout particulièrement, de questionner les notions de spectacle et de performance.

Les hétérogénéités discursives : de l’interdiscursivité à l’intertextualité et à l’intermédialité. Une approche sémio-linguistique des discours médiatiques

  • Marion Colas-Blaise
  • Jan. 2008 - déc. 2010

Ce projet de recherche s’est proposé d’interroger le rôle de la communication de masse au sens large, qui comprend les différents discours en sciences humaines et sociales (non seulement les discours de presse, l’affiche, le cinéma, la radiodiffusion, la télévision, mais encore les discours littéraires, artistiques, historiques, philosophiques…) considérés comme des artefacts dans les sociétés modernes, l’hypothèse de base pouvant être formulée ainsi : le média ou, plus précisément ,l’intermédialité (les relations entre le support, la mise en forme, la typographie, le mode de transmission…) contribue à la production et à la réception du sens. Enfin, les discours concernés étant le plus souvent polymédiatiques, l’intermédialité mérite d’être articulée avec toutes les formes que revêt la présence (de l’)autre dans le discours, subsumées sous l’étiquette « interdiscursivité » et « intertextualité ». Tenant compte de ces paramètres, on considérera que les discours médiatiques, approchés dans leur diversité et en fonction des changements qui les affectent reflètent les choix socioculturels à la base des formations signifiantes de nature verbale et non verbale pour un espace donné et les informent en retour. Ils se chargent d’effets identitaires. La spécificité du projet a ainsi reposé sur le choix de l’entrée dans les textes et discours : la plurisémioticité des discours médiatiques, et sur la perspective théorique et méthodologique sélectionnée : la sémiotique du média articulée avec une sémiotique des pratiques culturelles, qui intègre également les questionnements de la pragmatique, de l’analyse du discours et de la stylistique. Les enjeux étaient au moins doubles : il s’agissait de contribuer à la construction d’une sémiotique du média/des pratiques culturelles qui interroge les liens variables entre les discours, les genres, les textes et les médias, un média pouvant accueillir plusieurs discours, un discours pouvant mettre à contribution plusieurs médias ; enfin, il importait d’élaborer des outils conceptuels, des catégories de description linguistiques et non linguistiques et des modèles d’analyse susceptibles de rendre compte des hétérogénéités discursives – de l’interdiscursivité à l’intertextualité et à l’intermédialité – constatées dans des textes verbaux et non verbaux, littéraires et non littéraires, en tant qu’ils renvoient à des pratiques intersémiotiques. On a interrogé les modalités de l’entrée en contact et de la gestion de discours (insérant/inséré, appréhendés dans le cadre de l’interdiscursivité), de textes (appréhendés dans le cadre de l’intertextualité), de codes verbaux (dans le cas du multilinguisme), de systèmes de représentation (rapports texte / image en-texte – référence à / discours sur la peinture, la représentation cinématographique…) et de systèmes de signes (rapports texte / ponctuation, mise en page et en forme ; rapports texte / image hors texte) différents.

Théoriser et pratiquer la sémiotique des médias

  • Gian Maria Tore
  • Jan. 2009 - déc. 2010

Ce projet vise une exploration sémiotique des médias, par des analyses multiples de corpus et une élaboration parallèle d’outils théoriques adaptés.

On envisage une recherche qui se résume en deux 2 volets complémentaires :

1)    Volet sur le média cinématographique, et de là sur d’autres médias à usage artistique. On partira d’une vaste étude de cas, sur un objet sémiotique tactique : le burlesque. A l’encontre de l’approche courante, le burlesque sera étudié non pas comme genre historique, mais comme modèle méta-sémiotique de fonctionnement de certains films très différents avant tout, mais aussi d’autres types de textualités (poèmes, pièces de théâtre, performance d’artistes…). Cela permettra :

  • l’étude d’un corpus cinématographique somme toute hétéroclite (les films ou les moments filmiques burlesques) ;
  • l’exploration d’un mode de production artistique qui touche à plusieurs praxis de production textuelle (non seulement cinématographique, mais aussi littéraire, photographique, audiovisuelle…).

2)    Volet qui étudie les médias non pas dans leur usage exclusivement artistique, mais dans leur travail de « médiation » de la culture. Il s’agit d’une contrepartie essentielle de la recherche du volet 1) sur la « médiation » de cet objet culturel (trans-médiatique) qui est le burlesque. Dans le volet 2) on envisage de ne pas choisir un case study unique et artistique, mais d’étoffer la recherche sémiotique avec une série d’analyses ponctuelles de deux autres types :

  • des textualités produites par des médias à usage très « ordinaire », tels la télévision et surtout le web ;
  • des événements culturels complexes, c’est-à-dire des textes intégrés dans des pratiques particulières, où différents médias peuvent intervenir dans un processus qu’on peut appeler de médiation culturelle, tels les cas d’un musée, d’une procession religieuse, d’un rituel politique… Ici, on choisira des objets culturels luxembourgeois.

Le but de cette articulation complexe est de situer la recherche dans l’horizon d’une sémiotique de la culture. Si notre champ d’élection reste le cinéma, nous nous soucions d’inscrire la recherche dans une sémiotique générale des médias, avec un questionnement méthodologique et théorique ouvert à la « sémiosphère ».

Rhétorique et sémiotique : de l’argumentation dans le discours, ou comment dire l’autre

  • Marion Colas-Blaise
  • Jan. 2005 - déc. 2007

Sur la toile de fond des travaux consacrés en linguistique et en sémiotique à la rhétorique, ce projet a donné lieu à une réflexion sur les traitements discursifs réservés aux dires de l’autre, sous toutes ses formes, aux stratégies énonciatives et au pratiques rhétoriques et argumentatives dans le cadre, plus largement, de configurations culturelles stabilisées. L’accent a été mis, en particulier, sur les constructions identitaires dans un contexte pluriculturel.