Page d'accueil // LCSB // Research // Recherche an... // Comment protégeons-nous les animaux ?

Comment protégeons-nous les animaux ?

Au LCSB, nous avons à cœur de respecter des normes sévères en matière de bien-être animal pour toutes nos expérimentations animales, car le bien-être des animaux va de pair avec la qualité du travail scientifique. Si un animal est stressé ou éprouve de la douleur, cela peut avoir des effets négatifs sur les résultats de l’étude. Par conséquent, outre nos convictions morales concernant l’importance du bien-être des animaux et la nécessité de réduire leur utilisation, il est également pertinent d’un point de vue scientifique d’héberger les animaux dans les meilleures conditions possibles et de veiller à ce qu’ils reçoivent les soins nécessaires, dispensés par des animaliers qualifiés et expérimentés.

Si un chercheur est convaincu qu’une étude utilisant un modèle animal est la seule façon de répondre à une question scientifique importante, il doit d’abord obtenir l'approbation éthique interne du Comité d’éthique en expérimentation animale (Animal Experimentation Ethics Committee, AEEC) de l’Université du Luxembourg. Ce comité se compose d’experts en médecine vétérinaire, de chercheurs et de membres du personnel en charge des animaleries. Il a pour mission de s’assurer que les principes des 3R sont respectés :

  1. remplacement – utilisation d’alternatives à l’expérimentation animale chaque fois que c’est possible ;
  2. réduction – réduction au minimum du nombre d’animaux utilisés pour obtenir des résultats scientifiquement valides ;
  3. raffinement – les expériences sont conçues de façon à réduire le stress et la douleur potentiellement subies par les animaux.

Si un projet reçoit l’approbation de l’AEEC, le chercheur doit ensuite déposer une demande auprès du ministère de l’Agriculture, qui procédera à une enquête supplémentaire avant de déterminer si l’autorisation peut être accordée. Une « autorisation de projet » est un document juridique qui définit les limites et les conditions dans le cadre desquelles l’utilisation d’animaux est autorisée.

Aucune procédure scientifique ne peut débuter s’il existe des méthodes alternatives d’expérimentation non animale disponibles pour répondre à la question choisie ou si la méthode envisagée risque de causer des souffrances inutiles aux animaux.

Le LCSB a pris les mesures suivantes pour garantir les normes les plus rigoureuses en matière de soins et de bien-être : 

chaque animalerie du LCSB dispose d’un gestionnaire d’animalerie compétent - un chercheur certifié en expérimentation animale - engagé à temps plein, et d’une équipe de techniciens en santé animale qualifiés pour assurer le bien-être des animaux et contribuer à créer une culture en matière de soins ;

toutes nos animaleries sont en contact avec un expert en médecine vétérinaire, qui examine régulièrement les animaux et formule des conseils sur un large éventail de questions relatives au bien-être animal ;

les membres de notre personnel doivent suivre une formation spéciale avant de pouvoir procéder à des expérimentations animales ou s’occuper des animaux. Ces enseignements vont des cours de base sur les soins aux animaux aux formations sanctionnées par un diplôme (les certificats FELASA par exemple), en fonction de la recherche menée ;

le gestionnaire de l’animalerie, l’expert en médecine vétérinaire, le soigneur animalier et deux chercheurs forment ensemble le « comité du bien-être animal », qui veille à ce que toutes les procédures respectent les normes les plus strictes en matière de bien-être animal, conformément à la directive européenne.