Page d'accueil // C2DH // News & E... // Le C²DH fête ses 5 ans

Le C²DH fête ses 5 ans

twitter linkedin facebook email this page
Publié le vendredi 27 mai 2022

Le 25 mai 2022, l’Université du Luxembourg a officiellement fêté les 5 ans de son troisième centre de recherche interdisciplinaire, le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C²DH).

La mission du centre, telle que présentée par son directeur le Prof. Andreas Fickers, porte sur l’histoire du Luxembourg et de l’Europe mais consiste également à réfléchir aux tensions, aux défis et bien sûr aux opportunités et aux chances qu’offrent les outils et méthodes numériques pour la pratique de l’histoire au 21e siècle. Une pratique largement caractérisée par une hybridité mêlant traditions scientifiques et disciplinaires établies ainsi que tâtonnement heuristique et expérimentation empirique avec les nouvelles technologies et méthodes numériques. 

« L'histoire peut certainement nous apprendre beaucoup, par exemple que l'histoire a longtemps été détournée et instrumentalisée à des fins politiques, idéologiques ou belliqueuses », a déclaré le Prof. Andreas Fickers lors de la cérémonie d'anniversaire. « Ni les historiens ni la recherche historique ne pourront jamais empêcher cela, mais il nous incombe de prendre la parole et de déconstruire la fabrication, le recyclage et la diffusion continus de mythes et de légendes historiques dans la sphère publique. Le plus grand défi pour le C²DH et la recherche en histoire contemporaine au Luxembourg plus généralement est actuellement l’accès aux sources. Une révision de la loi d’archives, actuellement en processus d’évaluation grâce à l’initiative de la Ministre de la Culture Sam Tanson, est donc d’une importance cruciale. »

A l’occasion de la cérémonie, le recteur de l’Université du Luxembourg, Prof. Stéphane Pallage, a souligné : « L’Histoire n’a pas toujours de majuscule. Et sans elle, nous ne sommes rien. Quelle qu’elle soit, il est important de ne jamais la taire. Il arrive qu’elle dérange, qu’elle nous fasse douter de nous-mêmes. Le C²DH nous permet de regarder l’histoire en face. »

Dans le domaine de l’histoire contemporaine du Luxembourg, le C²DH s’est notamment intéressé aux deux guerres mondiales et à des questions comme l’occupation du pays, la résistance et la collaboration qui ont marqué le débat sur l’identité nationale luxembourgeoise (Warlux, iWalk, Digital Holocaust Memorial in Luxembourg, etc). La transition d’une industrie à dominance sidérurgique vers une économie marquée par les services dont les finances et l’audiovisuel (Letterboxes, Finlux Seminars, etc…) figurent également parmi les axes de recherche prioritaires, tout comme le phénomène des migrations et partant de la multiculturalité qu’a entrainé la croissance économique et la construction européenne (Foreign workforce in the Minett, Memorecord, Russian migration in Luxembourg, etc…). Au-delà de ses nombreuses publications le centre a réalisé plusieurs expositions et documentaires virtuels librement accessibles (Première guerre mondiale, Histoire de la poste luxembourgeoise, l’histoire de la BNP-Paribas, histoire de la Belgique de l’Est, culture populaire en Europe dans les années 60 [Popkult60], A Colônia Luxemburguesa, etc. Un important projet a été consacré aux Légionnaires avec une exposition au Musée 3 Eechelen.

Dans une démarche d’histoire proche des citoyens, les Forum Z constituent une série d’événements publics consacrés à des sujets liés à l’histoire ou aux technologies numériques qui visent tout autant à partager le travail de recherche avec un large public qu’à engager les citoyens dans des réflexions méthodologiques. De grands projets tels que REMIX (Esch2022) et HistorEsch associent le public aux activités de recherches et à la définition des résultats.

Les défis actuels auxquels est confronté l’Europe, qu’ils soient politiques (Brexit, montée des nationalismes), sociaux (mouvements migratoires, respect des droits humains), sanitaires (COVID-19), invitent à saisir l’histoire européenne dans sa complexité, ses liens comme ses fractures et paradoxes. Revisitant son institutionnalisation, ses mémoires, ses contestations, ses médias comme ses experts, le centre étudie l’Europe en termes de réseaux en une approche appuyée sur l’histoire numérique avec des projets tels AWAC2 (Analysing Web Archives of the COVID Crisis through the IIPC Novel Coronavirus dataset) ou WARCnet (Web Archive Studies Network Researching Web Domains and Events).

Au niveau international, le C2 DH compte aujourd’hui dans le domaine de l’histoire digitale parmi les centres les plus actifs au monde avec plusieurs projets d’envergure internationale tels que ImpressoTropy ou encore LuxTIME et de nombreuses coopérations européennes et transatlantiques, notamment avec la GeorgeMason University et l’Université de Californie.  Sean Takats, expert américain à renommée internationale du Roy Rosenzweig Center for History and New Media, a rejoint le centre grâce à une chaire FNR PEARL en 2019 où il dirige le Digital History Advanced Research Projects Accelerator (DHARPA).

Le C²DH a mis en place une intense coopération avec l’éditeur scientifique De Gruyter auprès duquel il publie trois séries et a conduit à la création du Journal of Digital history, un journal absolument innovatif que ce soit au niveau de la méthodologie ou des technologies mises en œuvre.

Le C2 DH s’investit également dans le partage de connaissances et l’enseignement. Après une première école doctorale (DTU Digital Humanities and Hermeneutics), une nouvelle Doctoral Training Unit “Deep Data Science of Digital History” (D4H) accueillera de jeunes doctorants à partir de l’automne 2022.

Le C²DH est passé de 39 collaborateurs en 2017 à 120 collaborateurs, avec 32 doctorants et 20 post-doc en 2022. Le C2 DH mène actuellement près de 100 projets de recherche et une cinquantaine de conférences publiques chaque année. La part de ressources tierces ne cesse d’augmenter et représente actuellement 35% du budget total du C2 DH. Le centre a récemment bénéficié d’une substantielle dotation de l’Andrew W. Mellon Foundation, le plus important bailleur de fonds des arts et humanités aux États-Unis. En 2021, la reconnaissance du Fonds national de la Recherche s’est également traduite en 2021 par deux FNR Awards, d’une part l’« Outstanding promotion of Science to the Public Award » et d’autre part l’« Outstanding Mentor Award ».

Le centre explore en permanence de nouveaux outils et de nouvelles méthodes de recherche et de partage. Découvrez en plus à travers la série « Five years of the C²DH – Five ways of innovating and sharing history » :

Pour plus d’informations sur l’ensemble des projets et des activités du C2 DH, nous vous invitons à visiter le site ainsi que les rapports d’activités 2017-2018-2019-2020-2021 du centre.

© Université du Luxembourg