Page d'accueil // Recherche // FLSHASE // Laboratoire... // Recherche // Les hétérogénéités discursives : de l’interdiscursivité à l’intertextualité et à l’intermédialité

Les hétérogénéités discursives : de l’interdiscursivité à l’intertextualité et à l’intermédialité

Une approche sémio-linguistique des discours médiatiques

Directeur du projet : Prof. Dr. Marion COLAS-BLAISE

Le projet de recherche se propose d’interroger le rôle de la communication de masse au sens large, qui comprend les différents discours en sciences humaines et sociales (non seulement les discours de presse, l’affiche, le cinéma, la radiodiffusion, la télévision, mais encore les discours littéraires, artistiques, historiques, philosophiques…) considérés comme des artefacts dans les sociétés modernes, l’hypothèse de base pouvant être formulée ainsi : le média ou, plus précisément, l’intermédialité (les relations entre le support, la mise en forme, la typographie, le mode de transmission…) contribue à la production et à la réception du sens. Enfin, les discours concernés étant souvent polymédiatiques, l’intermédialité mérite d’être articulée avec toutes les formes que revêt la présence (de l’)autre dans le discours, subsumées sous l’étiquette « interdiscursivité » et « intertextualité ». Tenant compte de ces paramètres, on considérera que les discours médiatiques, approchés dans leur diversité et en fonction des changements qui les affectent, reflètent les choix socioculturels à la base des formations signifiantes de nature verbale et non verbale pour un espace donné et les informent en retour. Ils se chargent d’effets identitaires. La spécificité du présent projet repose ainsi sur le choix de l’entrée dans les textes et discours : la plurisémioticité des discours médiatiques, et sur la perspective théorique et méthodologique sélectionnée : la sémiotique du média articulée avec une sémiotique des pratiques culturelles, qui intègre également les questionnements de la pragmatique, de l’analyse du discours et de la stylistique. Les enjeux sont au moins doubles : il s’agit de contribuer à la construction d’une sémiotique du média/des pratiques culturelles qui interroge les liens variables entre les discours, les genres, les textes et les médias, un média pouvant accueillir plusieurs discours, un discours pouvant mettre à contribution plusieurs médias ; enfin, il importe d’élaborer des outils conceptuels, des catégories de description linguistiques et non linguistiques et des modèles d’analyse susceptibles de rendre compte des hétérogénéités discursives – de l’interdiscursivité à l’intertextualité et à l’intermédialité - constatées dans des textes verbaux et non verbaux, littéraires et non littéraires, en tant qu’ils renvoient à des pratiques intersémiotiques. On interrogera les modalités de l’entrée en contact et de la gestion de discours (insérant/inséré, appréhendés dans le cadre de l’interdiscursivité), de textes (appréhendés dans le cadre de l’intertextualité), de codes verbaux (dans les cas de multilinguisme), de systèmes de représentation (rapports texte / image en-texte – référence à / discours sur la peinture, la représentation cinématographique…) et de systèmes de signes (rapports texte / ponctuation, mise en page et en forme ; rapports texte / image hors texte) différents.