Page d'accueil // Presse // Idées de sujets // L'Université et le Luxembourg

L'Université et le Luxembourg

Multilingue et international : les principaux axes pour l’excellence dans la recherche

« The University of Luxembourg aspires to be one of Europe’s most highly regarded universities with a distinctly international, multilingual and interdisciplinary character. It fosters the cross-fertilization of research and teaching, is relevant to her country, is known worldwide for her research and teaching in targeted areas, and becomes an innovative model for contemporary European Higher Education […]. »

Cette phrase ouvre le texte de déclaration sur la mission de l’Université du Luxembourg – et dans la même lignée, annonce la stratégie du Luxembourg en tant que pays qui investit dans la connaissance, la recherche et l’innovation.

 

Le moteur du système national d’innovation

Douze ans après sa fondation, l’Université d’aujourd’hui est devenue une université de recherche européenne, pertinente à l’échelle internationale, grâce à son dynamisme et à la motivation et l’esprit pionnier des universitaires qui travaillent pour elle.

En réunissant des compétences tant en recherche fondamentale que dans la mise en œuvre de possibles applications, l’Université soutient l’innovation économique et sociétale au Luxembourg, où les conditions sont toutes réunies pour ouvrir la voie à une société du savoir : une main-d’œuvre hautement qualifiée, l’accès au capital et un réseau d’institutions de recherche publiques et privées qui contribuent à un transfert permanent de connaissances pour l’économie et la société du Grand-Duché.

Avec 6 172 étudiants, ainsi que des scientifiques et du personnel en provenance du monde entier, l’Université du Luxembourg est le moteur du système national du savoir et de l’innovation. Les partenariats avec 78 universités dans le monde contribuent notamment à qualifier l’Université d’institution internationale, tout comme les bachelors qui étudient au moins un semestre à l’étranger, des programmes master et bachelor bi- voire trinationaux, les doctorats binationaux, les trois langues parlées dans le pays et le « background » de son personnel.

 

L’interdisciplinarité et les partenariats du secteur privé

 

 

En 2015, l’Université du Luxembourg a levé 42 millions d’euros de fonds de recherche externes provenant de fonds de l’Union européenne, du Fonds National de la Recherche (FNR), de chaires et autres partenariats. Dans la même année, les chercheurs ont publié un total de 566 ouvrages scientifiques examinés par des pairs.

Une caractéristique dominante de l’activité de recherche est certainement l’interdisciplinarité. Deux centres de recherche (SnT et LCSB), quatre bourses du FNR d’un total de 19 millions d’euros (chaires Pearl), une chaire financée par l’opérateur de satellites SES en droit de l’espace ainsi que des modules d’enseignement interdisciplinaire sont des exemples éloquents.

Le partenariat avec le secteur privé a joué un rôle clé dans le développement de l’Université. Il dispose actuellement de six chaires financées par des banques (Deutsche Bank, UBS, la Banque et Caisse d’Épargne de l’État) ainsi que des entreprises (Arcelor - Mittal, IEE, Hitec, P&T, SES, Delphi...) qui financent également la recherche à l’Université du Luxembourg. De nombreux étudiants en master et doctorants engagent leur thèse en étroite collaboration avec un partenaire industriel ou commercial, souvent cofinancée par l’entreprise… et la plupart des 860 intervenants provient du monde de l’entreprise – un fait qui souligne encore une fois l’étroite coopération entre l’Université et l’industrie.

 

La société comme référence

Last but not least, la société luxembourgeoise figure parmi les autres références de l’Université. Les exemples reviennent aux deux chaires Jean Monnet en histoire européenne contemporaine et à une chaire UNESCO en droits de l’homme, dont un grand nombre de conférences et de débats ouverts au public ont été programmés, ainsi qu’une université d’été créée pour les élèves du secondaire.

« Nous réalisons des recherches sous contrat pour différents ministères, et plusieurs projets de recherche sont soutenus par diverses organisations ».

Le mouvement continu de la plupart des départements universitaires du nouveau campus des sciences à Belval permettra de promouvoir davantage le dialogue entre les disciplines, ainsi que la coopération avec d’autres instituts de recherche.